Billets

Premiers mais

  On se connaît et on s’étripe : match nul devant la glace.   On naît d’un rêve et puis, un jour, on barbote dans le cauchemar ; l’on s’y complet parfois, lumières éteintes, quitte à projeter d’autres films dans nos cinémas glauques, pour la petite histoire.   Les scénarios sans histoire ne font pas

31 Mai 2012
/

Le Harcèlement Sexuel pour les Nuls

  « Ma chérie, avez-vous consulté le journal ce matin ?   – Non, Bernadette, vous savez fort bien que je ne lis pas le journal, jamais. Beaucoup trop de caractères !   – Certes. Peu importe. Moi, je l’ai dévoré. Avez vous ne serait-ce qu’entraperçu la grande nouvelle qui tapisse la Une, en gros caractère

28 Mai 2012
/

Diététique du Vice

    Diététique du Vice, petite cosmogonie à l’usage des dépressifs – et des usagers de narcotiques sans ordonnance : un gramme d’autofiction, une pincée de meurtres, un sévère penchant pour la biologie et le kit du parfait petit chimiste, un doigt de complots industriels, des quidams un peu trop sexués… bref, du rock and

25 Mai 2012
/

Joker, un Concentré de Bruits ou l’étonnante Métamorphose d’un Humoriste Bénévole

    Tu es très coquin, tu es fort charmant, un saltimbanque amoureux à la solde du printemps, un troubadour à son firmament, un farceur, tourbillon de bonne humeur, un clown sans maquillage qui ne compte plus ses heures.   Ton rire sonore éclate par les rues, tes airs  de carnaval amusent les passants, tes

23 Mai 2012
/

Mourir Dimanche

  Farouche adepte de la procrastination, tu envisages l’abîme avec sérénité : tu sais la mort proche, qu’elle peut sonner à la porte n’importe quand avec cette pugnacité ignoré des facteurs, la farouche constance des éjaculateurs précoces. Imagine : elle se dessine dans les traits de cette belle femme qui te convoite et courbe l’échine sur la

21 Mai 2012
/

Une saison dans les Fers

  Jet de pisse noisetée, élan de plomb C’est un corps projeté, et qui se fond Dans le décor hanté – jusqu’au plafond D’une absence gantée – et sans  bourbon   Une saison dans les fers, sans Lucifer Une saison en enfer – car sans repère C’est ce que je préfère et je m’y perds

17 Mai 2012
/

Les Amants – Meurtre en Replay

  L’étrange créature du lac noir c’est mon amour noyé, un fracas de cris et de ricochets, une symphonie. Il s’accrochait follement aux vagues comme une mouche qui se noie dans le vinaigre sucré des enfants malicieux, avant que de sombrer enfin dans l’ondée calme et sombre, sous la lumière complice de la lune, le

15 Mai 2012
/

Killing Nathalie

  Je l’embrassais sans savoir que sa bouche pulpeuse contenait de la poudre de cadavre chinois : où va le monde ? Etait-elle fausse jusqu’au bout des cils, cette demoiselle ? Qu’indiquait donc le tranchant de son regard bleu si ce n’est l’expression même du mensonge, la lucarne du mal ? Les femmes, me disait

12 Mai 2012
/

L’Engeance Maudite de Saturnin ou la Révolte des Sex Toys

  Enfant, tu voyais Saturnin flotter sur l’ondée savonneuse de ton bain, placide conquérant de tes petites épopées ; séduite par son apparente liberté, tu le suivais du regard, le faisait plonger avec délectation dans la mousse duveteuse, avec le regard émoustillé des enfants qui, enivrés, se découvrent les pleins pouvoirs.   Les peluches colorées,

09 Mai 2012
/

Standard

    (…) Hier, j’ai eu un rendez-vous, encore un rendez-vous, me direz-vous. Je serais presque à moi tout seul une agence matrimoniale. Aux milles et un dossiers irrésolus. Classés X. J’y suis allé, donc, à ce rendez-vous, par la nuit : le mec m’a posé une question qu’on ne m’avait jamais posée auparavant, du

04 Mai 2012
/

Conte Transversal – Grandeur et désillusion du loup Alpha

  Un troglodyte sous cortisone, ermite certifié, bedaine repue, physique difficile, stagne dans sa caverne, pensant princesse – et rosbif. Quel est son petit nom : il rime avec sadique ! Au loin du monde tumultueux des assedics, il voit apparaître – ô émerveillement – sur la surface pixelisée de son écran scintillant, une toute

01 Mai 2012
/
theme par teslathemes