Billet

21 Grammes, 17 Centimètres

 

Je t’ai vu un soir dans cette dimension par le prisme vicié de mon imagination, accolé au néant, chibre en érection, poupée dans le vent. Tu souriais bêtement, l’œil rivé sur la caméra. Nous voilà, disais-tu.
 
Les filles amoureuses, autrefois, subjuguaient d’un battement de cils.
 
Par habitude – ou servitude – je me suis promené par erreur sur les pixels de ta peau et j’ai pensé : que sommes-nous si ce n’est des galaxies flouent qui s’éteignent, s’effacent à chaque instant ?
 
Cette conquête du vide, mon poussin, nous mènera à notre perte.
 
Le mécanisme millénaire d’Onan ne me subjuguait plus : est-il licite de remettre en question la fertilité même du terreau de ses fantasmes, l’attente qu’il est possible d’avoir d’autrui dans cette perspective même qui nous enchaîne ?
 
J’ai vu cette forme spectrale envahir l’espace moire, colorer la peau moite, le vit mourir, la vie s’éteindre et la lumière avec. Il manquait sans doute quelques drogues, un erstaz de spiritualité, pour donner du relief à ces morts pourtant primitives.
 
Pondu le 2 avril 2014

Share Button

Vous aimerez peut-être :

  • Boy Story   Ce qu’il y a de plus dur dans ta solitude, c’est ton sexe quand tu te masturbes : turgescent, prêt à exploser face à cette émotion pixélisée qui dessine son vice sous la forme […]
  • Yann Folie   Le petit Yann est dans sa couche, turbulent après cette longue et harassante journée passée à vomir qui l’a privé d’école, le principal centre d’intérêt de sa vie primitive […]
  • La Ballade du Slip   Du balcon, je regarde la lente valse asymétrique des sous-vêtements de ce monsieur qui a l’audace, l’été, de ne porter qu’eux : ce qu’ils referment est son plus grand secret, […]

Laissez un commentaire