Billet

Boy Story

 

Ce qu’il y a de plus dur dans ta solitude, c’est ton sexe quand tu te masturbes : turgescent, prêt à exploser face à cette émotion pixélisée qui dessine son vice sous la forme d’une canaille aux muscles secs. Cette émulsion qui monte sans cesse, cette émulation sous cutanée de tous les instants bats comme un cœur nouveau, une greffe du cerveau.

 

Tu ne la ressens qu’en sa présence, quand il apparaît dans cette vidéo un poil crasseuse qui t’a fait de l’œil un jour, aux confluents tranchants de tes mots-clés. Cela se passe entre la minute trois et la six : un concentré de bonheur. Cela se passe entre la fin d’une fellation copieuse, un crachat sur les muqueuses, quelques mouvements de tête, une noirceur dans le regard, ces fragments entêtants qui t’ont converti au culte de ce Satan.

 

Ne pas fermer les yeux pour l’imaginer avec toi, là, présent : le contact de sa peau, son souffle chaud, son haleine de backroom virile qui fait de lui un Roi sur le trône de ton Désir. Tu procèdes alors à cette substitution subtile qui te fait jouir : devenir cette lope servile interchangeable et inutile vouée au plaisir de son Roi. C’est alors qu’il apparaît comme un Christ et te laisse sans voix, comme sonné du trou du cul.

 

Pondu le 3 juin 2017

Share Button

Vous aimerez peut-être :

  • Robert en Canicule   Dimanche, la douche. Fraîche, froide, l’eau se déverse sur tes fesses, sur ta peau roide, en ce long fleuve tranquille : une chute d’un rien, le paradis qui s’invite, à ton […]
  • La Ballade du Slip   Du balcon, je regarde la lente valse asymétrique des sous-vêtements de ce monsieur qui a l’audace, l’été, de ne porter qu’eux : ce qu’ils referment est son plus grand secret, […]
  • Le Steward dans le Placard   Il n’est pas de jour plus doux que ceux de ton absence, quand tu me dis, en laconique, sur le cellulaire, que tu ne seras pas là - plus là ? - que tu pars en voyage d’affaires, […]
Mister Freak
septembre 28th, 2017 at 9:00

Ce texte me parle. Les deux dernières phrases m’ont ceuilli. L’addiction au porn, le désir crade comme leitmotiv intérieur… damn, l’être humain est putainement tordu. 🙂

septembre 30th, 2017 at 1:48

Suffit d’une ôde à la pougnette pour que tu tombes dans le panneau 🙂 Erigeons la masturbation et le fantasme comme art de vivre. Tout le monde le pense, personne le dit : Freaks them all !

Mister Freak
octobre 1st, 2017 at 6:35

Tu pensais bien que j’allais venir mettre mon grain de sel dare-dare. Haha, j’élude cette allusion à la fermière botoxée, et je retiens le slogan de notre philosophie : Freaks them all ! FREAKS THEM ALL !

octobre 3rd, 2017 at 4:08

Préparons des pancartes free bugs et comme dirait la queen : start a revolution of love.

Laissez un commentaire

theme par teslathemes