Billet

La Rectification

 

Pesantes, les effluences de tes parfums sucrés épouvantaient mes narines… une cristallisation de saccharide invisible à nos yeux, autour de laquelle dansaient, l’été, les insectes énamourés, ivres de ces émanations spécieuses.

 

Mes doigts éperdus filaient dans la camomille de tes cheveux, égrenant dans l’air des particules de ce toi qui n’était plus Toi : un monde d’odeurs industrielles, violentes mais agréables, un monde aseptisé, sans faune ni flore : une vitrine.

 

Chaque centimètre de ta peau, de ton être, se recouvrait de ces mille effluves, une prison de soie térébrante. Chaque jour tu disparaissais dans ce dédale, malgré tes sourires, tes caresses, pour ne revenir que sous les habits d’une autre, jouant cette partition diaprée de fausses notes.

 

Moi, je te voulais naturelle, nue, dépossédée de ces oripeaux diffus, de ces mensonges princiers ; que faire pour accéder enfin à l’odeur de ta peau ? Effacer d’un geste habile les zestes de ces multiples palimpsestes ? Réécrire ton histoire, sans hérésie ? T’inventer cette odeur originelle, un enfleurage subtil, et m’en gorger comme d’un vin, sombres Dyonisies ?

 

*

 

De nos amours d’hier, je ne garde que l’arome perçant et musqué, délétère, de ton corps roide après l’amour, les senteurs enivrantes, chaudes et mouvementées, de tes entrailles, et j’y plongeais, l’âme cotonneuse, sans retenue, profitant de ton intimité figée, cette exhalaison : ta macération.

 

Vaporisé le 7 septembre 2017

Share Button

Vous aimerez peut-être :

  • Robert en Canicule   Dimanche, la douche. Fraîche, froide, l’eau se déverse sur tes fesses, sur ta peau roide, en ce long fleuve tranquille : une chute d’un rien, le paradis qui s’invite, à ton […]
  • Histoires de Chair   Je ne t'ai pas dit : voilà, quel aveu, intense, je ne veux plus voir ta chair s'ouvrir, ta chair amère et délétère, parfumée du vice d'autrui, s'ouvrir devant moi, gluante […]
  • Boy Story   Ce qu’il y a de plus dur dans ta solitude, c’est ton sexe quand tu te masturbes : turgescent, prêt à exploser face à cette émotion pixélisée qui dessine son vice sous la forme […]
Mister Freak
septembre 16th, 2017 at 2:34

Ah, les odeurs… Tout un monde ! Tous les univers qu’elles convoquent aussi. On en croise parfois, des angoissés de sentir leur propre odeur et qui avancent dans la rue entourées d’un nuage agressif, toxique, qui vous prend la gorge quand on passe à leur niveau. Et pour le coup, de ce côté-là, la parité est respectée. Comme la fin de ton texte le souligne si bien, on nous éloigne toujours un peu de nos « propres » odeurs, on apprend à les détester, à les masquer, à chasser, oserais-je dire, l’animal ? Dur pour certain(e)s de réaliser qu’ils sont faits de peau, de chair, de sueur, etc. Pourtant, rien de tel pour se rappeler qu’on est vivants.

septembre 18th, 2017 at 2:31

C’est exactement cela que je cherchais à souligner, ce paradoxe ; les odeurs sont le témoin de l’existence même de notre corps en tant que personne (vivante), de cette animalité qu’il y a en nous. Quant à ces vitrines olfactives prétentieuses et souvent puantes qui asphyxie l’identité de la personne : au diable. Et pourtant, j’en ai porté, des parfums, sans pourtant autant aimer cela chez les autres : curieuse contradiction.. Anyway soyons pragmatique et réaliste : beaucoup de gens qui se parfument, c’est pour cacher leur odeur, or, ils ne le perçoivent pas : elle transparaît dessous, et le mélange n’est pas vraiment agréable.

Laissez un commentaire

theme par teslathemes